S'identifier - Contact

Photographe du village
Photos d'ici et de là-bas de Pascal G

Escapade matinale politique à Pakson, Laos

Ce matin là, je sors tôt du sommeil, à peine 6 heures. La veille j’ai repéré une petite colline qui surplombe cette ville de Pakson sur le plateau des Boloven où je me suis dit qu’il devait faire bon voir le lever su soleil. Mon réveil interne a bien fait les choses. Je regarde par la fenêtre, le jour pointe son nez à l’image da la vie laotienne, tout doucement. La vie est déjà en marche à cette heure pourtant matinale. Je sors et prends un chemin vers le sommet de cette colline qui me sert de point de repère. Je quitte ce chemin pour un sentier plus petit. Rapidement je prends conscience que je vais devoir marcher à travers champs pour atteindre le sommet. Soudain je me remémore ce passé qui a laissé des traces dans cette partie du Laos. La guerre du Vietnam et notamment le bombardement de la piste Ho Chi Minh. Les informations prises de ci de là me reviennent en mémoire. Rien que sur cette piste les américains ont largué 1,1 millions de tonnes de bombes, soit 300 bombes pour une victime ! Toutes n’ont pas explosées et certaines régions n’ont pas encore été déminées. le nombre de victimes dues à ces bombes est à priori minime, bien qu’à mes yeux une victime de ces bombes soit une victime de trop devant la folie humaine, mais cela est sans commune mesure avec les mines antipersonnelles du pays voisin du Cambodge. Cependant je sens la peur prendre possession de mon esprit. Y aller, ne pas y aller ? J’hésite ! Je préfère faire demi-tour ! J’ai envie de détester les américains à ce moment ou plus précisément le pouvoir politique américain. Il me prive d’un lever de soleil que j’imagine magique. Mais je me raisonne et me dit que c’est moi qui ait peur et que les détester ne servirait pas à grand chose.
Pourtant je me prends conscience que les pouvoirs, qu’ils soient spirituels ou politiques règnent sur le monde par la peur ! Peur d’aller en enfer, peur de dire non à son chef, peur de perdre son boulot, peur de dire au flic qui arrête cette femmes au milieu de la nuit qu’elle n‘a dérangé personne dans ce bus, peur de la mondialisation, peur de... je sais ce n’est pas une grande découverte, mais cette fois j’ai envie de dire que cette peur est bien réelle et concrète. Sauter ou ne pas sauter sur une bombe. Peut être ai-je joué à me faire peur ! Peut être ! Pourtant quelques jours plus tôt à Ponsavan il était bien mentionné de ne pas marcher n’importe où dans cette plaine des Jarres ! alors j’aimerai que les pouvoirs quels qu’ils soient arrêtent de stimuler ce sentiment de peur, surtout en l’entretenant avec ce type d’outils de destruction physique. J’aimerai aussi que tous ceux (du patron de la société au salarié) qui fabriquent ces armes prennent conscience qu’ils privent des être humains d’un lever de soleil pour les plus chanceux, de la vie pour les moins heureux.
Sur le chemin du retour je trouve cette vache bien corné très sympathique !


Pascal le 21.12.08 à 15:44 dans Idées Escapade - Version imprimable
Article précédent - Commenter - Article suivant -

Commentaires

mines anti-personnel au Laos ou ailleurs

Dans les années 70-80 se trouvait en France une entreprise spécialisée dans deux domaines : les feux d'artifices et ... les mines anti-personnel ! Alors les soirs de 14 juillet, allez regarder les étoiles; vous savez, ces points lumineux qui restent accrochés dans le ciel quand le feu d'artifice est terminé ...

Rémy - 23.12.08 à 08:50 - # - Répondre -

Re: mines anti-personnel au Laos ou ailleurs

Parfois je me demande quand je suis miné: à quoi bon un blog ? quand je lis ce type de réponse (mais comme d'autres d'ailleurs) pleine de finesse, d'humour, et d'intelligence, j'ai le temps d'une micro année lumiére, une réponse : Des êtres brillants, illuminent la toile, et ce monde
Et je regarderai à présent d'un autre oeil les étoiles

Pascal - 23.12.08 à 16:12 - # - Répondre -

La peur et l'humain

 L'être humain a peur. Cela est une certitude quand on le voit agir. Il a peur, entre autre,  de mourir. Il est donc prêt à tout pour ne pas accepter cette fatalité. Mais est-ce bien raisonnable de modifier nos modes de vies, de sacrifier nos libertés, de changer la nature jusqu'à la rendre stérile pour éviter de rendre à la terre ce qu'elle nous a donnée? Nous sommes nés grâce à la mort de quelque chose de vivant, il ne faut pas l'oublier.

révolte - 23.01.09 à 00:06 - # - Répondre -

Re: La peur et l'humain

Je suis complétement d'accord avec toi, cette peur ne doit pas nous pousser à rendre stérile (en fait à tuer )cette terre. D'ailleurs certains y arrivent comme les kogis http://photographe.zevillage.org/news/colombie-la-montagne-et-des-indiens ou d'autres peuples racines. Mais avec des êtres comme toi, et ce que tu mets en lumiére sur ton blog ont devraient y arriver http://revolte.over-blog.net/

Pascal - 23.01.09 à 10:31 - # - Répondre -

Commenter l'article

Pour aller plus loin

Photos de gare

Archives par mois